louise bonne

Pyrus communis L.

Poirier



Synonymes

Bonne Louise Duhamel
Glatte Saint Germain
Louise Bonne Ancienne
Louise Bonne de Duhamel
Louise Bonne grosse et longue
Louise Bonne Réal
Louise de Torchart
Louise de Vivonne
Saint Germain Blanc
Saint Germain Blanc d'Automne
Loüise-Bonne

Description de l'arbre

Bois fort.
Rameaux très nombreux, érigés, longs et de moyenne grosseur, légèrement coudés, vert grisâtre ou jaunâtre, ayant les lenticelles larges, rapprochées, et les coussinets peu saillants.
Yeux assez petits ou moyens, ovoïdes ou coniques, aigus, duveteux, rarement bien écartés du bois.
Feuilles régulièrement elliptiques-arrondies, canaliculées, finement dentelées ou crénelées, au pétiole court et épais.
Fertilité remarquable.
Ce poirier n'a rien d'exceptionnel dans sa croissance ; on le greffe sur cognassier ou sur franc ; ses pyramides sont magnifiques.

Description du fruit

Grosseur au dessus de la moyenne, ou moyenne.
Forme variable, elle passe habituellement de l'ovoïde assez irrégulire et ventrue, à la turbinée très allongée, légèrement pentangone à la base et très peu renflée.
Pédoncule de longueur moyenne, ou court, mince à son milieu, beaucoup plus fort à ses extrémités, recourbé, obliquement implanté à fleur de peau ou se continuant avec le fruit.
Oeil moyen, arrondi, ouvert, presque saillant.
Peau épaisse, vert herbacé sur le côté du soleil, vert blanchâtre sur l'autre face, régulièrement parsemée de très petits points gris et portant souvent quelque taches ou mouchetures fauves.
Chair blanc verdâtre, grossière, mi fondante, aqueuse, pierreuse au centre.

Goût

Eau abondante, peu sucrée, généralement douceâtre et dénuée de parfum.
Fruit de troisième qualité pour le couteau, première pour la compote.

Usage culinaire

Compote.

Origine de la variété (obtenteur, origine géographique pour les variétés locales...)

En 1672 cette poire commençait seulement à se répandre ; ce fut Merlet que le premier la fit connaître dans son Abrégé des bons fruits, édition de 1675, où nous trouvons sur elle les renseignements que voici :
"La Loüise-Bonne est une grosse poire très longue.. elle vient de la terre des Essars, en Poitou ; la Dame du lieu se nommoit Loüise, laquelle avoit une amitié particulière pour ce fruit, qui luy a merité le nom de Loüise-Bonne." (page 103.)

Si maintenant, pour compléter ces renseignements, on consulte le Dictionnaire des familles de l'ancien Poitou (t. II, pp 813, 814 et 819), on voit que la seigneurie des Essars faisait partie des fiers de la maison de Vivonne, et qu'en 1668 un Jean Vivonne, habitant non loin du bourg de Charroux (Vienne), avait pour femme une Louise de Torchart, laquelle n'est autre, très probablement, que celle mentionnée par Merlet.

Complément d'informations

Le climat et le sol influent considérablement sur la qualité de ce fruit. En 1690 le créateur du potager de Versailles, la Quintinye, le constatait ainsi :
"La Luise-Bonne - écrivait-il - plaît beaucoup à Sa Majesté [Louis XIV], pourvù qu'elle ait la bonté qu'elle peu avoir..... car les fonds humides rendent souvent cette poire fort grosse, mais en même temps fort mauvaise, ayant un goût de verd et de sauvage, et une manière de chair qu'on ne sçauroit definir, qu'en disant qu'elle est à peu près comme de l'huile figée." (Instructions pour les jardins fruitiers et potagers, t. I, p. 251.)

De nos jours un autre célèbre pomologue, M. Decaisne, professuer de culture au Muséum de Paris, a confirmé de la sorte cette remarque de la Quintinye :

"En général - a-t-il dit - La Louise-Bonne manque de parfum dans nos départements septentrionaux ; mais j'en ai reçu de la Provence de très-savoureux, et qui pouvaient lutter avec nos meilleures poire d'automne." (Le jardin fruitier du Muséum, 1861, t. IV.)

Sans vouloir infimer en rien les faits consignés dans les deux notes qu'on vient de lire, nous devons pourtant - et la chose est importante - certifier que jamais la Louise-Bonne n'a mérité chez les pépiniéristes angevins d'autre qualification que celle de fruit à compote ; et là, cependant, chacun sait combien le climat est doux et le sol exempt d'humidité.
== Crédit descriptif : André Leroy, dictionnaire de pomologie ==

Ne pas confondre avec Bonne-Louise ( http://www.fruitiers.net/fiche.php?NumFiche=282 )


Certaines sources indiquent contrairement à Leroy un problème à terme lorsque greffé sur cognassier.

Bibliographie :
- Dictionnaire de pomologie, André Leroy
- Les variétés d'arbres fruitiers à propager en Morvan, hors-série n°7, 2010, Bourgogne Nature, Parc naturel régional du Morvan.

Periode de fructification : Octobre - Novembre - Décembre -


 louise bonne




Pour voir la liste des membres possédant cette variété, il est nécessaire de vous connecter.


Votre nom d'utilisateur :
Votre mot de passe :


Vous avez perdu vos identifiants.

Vous n'avez pas de compte et souhaitez en créer un.



L'affichage et vos actions sur cette page collectent ou peuvent collecter vos données personnelles. Informations sur la finalité de la collecte des données, autres informations légales et gestion de vos données : Lire
FR - Français